L’ONF au Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM) 2017

Deux courts métrages d’animation sur les premiers émois amoureux : Nadine de Patrick Péris et J’aime les filles de Diane Obomsawin

(Images fournies par l’ONF)

Le 13 février 2017 Montréal Office national du film du Canada (ONF)

 

L’Office national du film du Canada (ONF) est de retour au Festival international du film pour enfants de Montréal(FIFEM) avec deux courts métrages d’animation en compétition : Nadine de Patrick Péris, présenté en première mondiale, et J’aime les filles de Diane Obomsawin, qui revient à Montréal après avoir remporté deux prix importants depuis sa première mondiale au Festival d’Ottawa et reçu une nomination aux prix Écrans canadiens. J’aime les fillessera aussi projeté dans le programme de courts métrages pour les 10 ans et plus, suivi d’un échange avec la réalisatrice, entre autres. Les deux films explorent avec humour et fantaisie les premiers émois amoureux. Le 20e FIFEM se tiendra du 4 au 12 mars 2017, pendant la semaine de relâche.

 

À noter également pour la semaine de relâche : l’ONF proposera en ligne, du 27 février au 31 mars, une sélection de 35 courts métrages pour enfants à onf.ca/relache. La programmation, qui sera dévoilée sous peu, comptera des films à la fois amusants, divertissants et éducatifs?!

 

Films de l’ONF au FIFEM

Nadine de Patrick Péris première mondiale en compétition

 

Sam étudie sagement à la bibliothèque lorsqu’il voit soudain la plus belle fille du monde s’asseoir juste devant lui. Il est aussitôt ensorcelé. Qui est-elle?? Comment l’aborder?? Plutôt timide, l’adolescent à l’imagination débordante n’a d’autre choix que de retrouver son courage avant qu’il soit trop tard. Le film est produit à l’ONF par Marc Bertrand. Julie Roy en est la productrice exécutive.

À propos du cinéaste

Réalisateur accompli et prolifique, créateur polyvalent et multidisciplinaire, le Québécois Patrick Péris a développé une signature visuelle unique et une grande maîtrise des techniques d’animation au fil de ses projets : vidéoclips notamment pour les artistes Alexandre Désilets et Urbain Desbois ainsi que pour les groupes Mes Aïeux, Tricot machine et Pamplemousse , publicités, courts métrages dont Grenailles (2014) et Nos saisons (2013), présentés aux Rendez-vous du cinéma québécois , vidéos éducatives et pour les entreprises, et visuels interactifs artistiques. Cinéaste autodidacte reconnu pour son audace et ses projets ambitieux, Patrick est aussi bricoleur, cadreur et monteur. Ses productions personnelles de portraits d’artistes ont été diffusées un peu partout sur la planète grâce aux plus grandes plateformes d’arts visuels, approchant les 100 millions de visionnages. Le mouvement de cinéma indépendant Kino’00 a récemment salué sa contribution auprès des artistes de la relève en créant un prix à son nom.

J’aime les filles de Diane Obomsawin en compétition

 

Quatre femmes racontent avec franchise et candeur leurs premières histoires d’amour. Du coup de foudre à sens unique à l’attirance mutuelle, leurs récits cocasses et intimistes nous transportent au temps de la première fois. Le film, produit à l’ONF par Marc Bertrand et la productrice exécutive Julie Roy, a notamment reçu en 2016 le Grand Prix du meilleur court métrage d’animation indépendant au Festival d’Ottawa et le prix Guy-L.-Coté pour le meilleur film canadien d’animation aux Sommets du cinéma d’animation de Montréal.

J’aime les filles sera projeté non seulement en compétition officielle, mais aussi dans le programme de courts métrages pour les 10 ans et plus, suivi d’un échange pour les familles avec la réalisatrice et des professionnels de la Régie du cinéma, le jeudi 9 mars à 13 h 30 au Cinéma Beaubien.

À propos de la cinéaste

Diane Obomsawin est une bédéiste et cinéaste d’animation québécoise d’origine abénaquise. Connue sous le pseudonyme «?Obom?», elle publie ses premiers albums dès la fin des années 1990 chez l’éditeur L’Oie de Cravan, une petite maison montréalaise spécialisée dans les ouvrages de poésie. En 1992, Diane réalise un premier film remarqué qui lance sa longue et prolifique carrière. Véritable artiste de la narration et du cadrage, Obom s’est imposée un peu partout dans le monde pour son style unique, à la fois naïf et minimaliste, et ses personnages à tête d’animaux. En ramenant tout à l’essentiel, le travail de cette artiste multidisciplinaire laisse percer une humanité profonde, lucide et sincère qui captive autant qu’elle ensorcelle. Aujourd’hui, Diane présente l’adaptation cinématographique tant attendue de son dernier album. J’aime les filles marque la huitième collaboration entre cette cinéaste de talent et l’ONF.

Publicités