« ENRACINEMENT »
Anik Péloquin & Johanne Simard
La galerie d’art L’espace contemporain, située au 5175, av. Papineau à Montréal (coin Laurier) présentera du 22 mars au 2 avril 2017, « ENRACINEMENT » une exposition en DUO des artistes de la galerie Anik PÉLOQUIN et Johanne SIMARD. Le vernissage aura lieu le vendredi 24 mars de 18h @ 20h. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12h à 18h, jeudi et vendredi de 12h à 20h, samedi et dimanche de 12h à 17h.
« ENRACINEMENT » est une exposition qui réunit Anik PÉLOQUIN et Johanne SIMARD, deux artistes qui partagent une interprétation artistique qui privilégie le geste et le savoir-faire tout en tournant le dos à l’évocation de la réalité. On retrouve dans la production de chacune un moyen d’appréhender leur recherche artistique totalement différente. Ainsi, elles nous offrent un territoire de rencontre où le trajet du processus créatif n’existe que par l’accomplissement du temps qui devint espace.
Le travail de l’artiste Anik PÉLOQUIN amène, avec des matériaux somme toute banals et sans prétention, à recréer des univers fragiles dans une trame solide. C’est à l’aide de fils et d’aiguilles qu’elle relie des tissus ou des papiers engendrant ainsi des lieux, des espaces, des volumes, des reliefs, des environnements géométriques aux contextes picturaux originaux et empreints de sensibilité et de poésie. De son côté, l’artiste Johanne SIMARD qui, au-delà de toute simplification, utilise le geste dans sa fulgurance. C’est comme un instant d’énergie suspendu dans le temps entre la trace et l’écriture. Cette totale liberté d’un tracé qui devient la surface par des mouvements, des griffées, des grattées, des empreintes laissées, sans toutefois substituer le hasard aux décisions de l’artiste.
Une rencontre de deux mondes artistiques qui questionnent l’abstraction et nous amènent à voir l’espace d’une toile dans son expression aussi littéral que suggéré.
L’artiste Anik PÉLOQUIN
Anik PÉLOQUIN est native de Sorel-Tracy et diplômée de l’École d’Architecture de l’Université de Montréal. Une artiste autodidacte dont la démarche artistique prend racine dans le contexte, les contraintes, les gestes du quotidien où le design et l’architecture s’amalgament. Ses dessins au graphite orientent les espaces géométriques par la gradation des gris pâles aux plus foncés en se rendant rarement jusqu’au noir. Ses dernières œuvres réalisées avec du fil de coton et des épingles poursuivent en trois dimensions sa démarche amorcée par ses dessins. Son travail en relief s’apparente quelque peu au String Art. Des fils suspendus s’entrecroisent et s’enchevêtrent créant des univers fragiles et abstraits.  Elle tisse ainsi, tout doucement, une toile au concept géométrique et structurée.
L’artiste Johanne SIMARD
Artiste qui vit et travaille à Québec. En 2004, elle obtient un diplôme de baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval. Depuis, Johanne SIMARD privilégie la peinture sur toile et travaille presque exclusivement sur format carré. Sa recherche artistique porte sur les notions de silences et de paysages. À travers ce langage, elle cherche à créer des Espaces-Temps, reconstituant des lieux semblables à ceux que l’on ressent en parcourant un immense paysage, celui qui donne envie d’aller plus loin, à se surpasser… Un moment privilégié où le silence est riche d’enracinement, d’expériences et de connaissances. Pour se faire, l’artiste Johanne SIMARD utilise l’accumulation de nombreuses couches successives où elle intervient sur chacune d’elles par mouillage, soustraction ou effacement, ainsi que par grattage. Ses paysages plastiques rencontrent ainsi une gestuelle et sont écorchés, grafignés et fragmentés.
Publicités